fr / en
« La due diligence employeur »

Etape indispensable pour son épanouissement professionnel ?

Ne dites pas "oui" trop vite

En tant que recruteurs, faire la rencontre de personnes déçues par leurs premières semaines en entreprise, n’est pas une situation qui nous est rare. Alors même qu’elles sont toujours en période d’essai, elles ont déjà la tentation de se remettre à l’écoute du marché.

A l’heure où le bien-être au travail est revendiqué, les candidats ont de très belles cartes en main pour se renseigner sur leur futur employeur. Pourtant, cette prise d’informations reste bien souvent en surface au moment où les candidats obtiennent une proposition d’embauche. Upward tient à mettre en avant cette bonne pratique de la « due diligence employeur » qui est un devoir de précaution autant qu’un gage de sérieux pour réussir sa prise de poste.

Faire une due diligence car l'enjeu et le moment s'y prêtent

« Due diligence ». Pour rappel, derrière ce terme à la traduction délicate – le droit français parle de diligence raisonnable – se cache une des pratiques les plus courantes dans le monde de la finance. Avant d’acquérir une entreprise, les acheteurs passent sur le gril les caractéristiques majeures de la cible en allant bien au-delà de l’image reflétée par les rapports financiers ou présentée par les dirigeants-vendeurs. Ils auditent la solidité financière de l’entreprise, son positionnement stratégique ou son capital humain avant de se positionner sur une offre formelle et sur un prix d’achat.

A l’échelle personnelle, rejoindre une entreprise est engagement aussi essentiel et Upward vous invite à mener votre enquête. Lorsque vous passez 10 heures par jour sur votre lieu de travail, vous avez tout intérêt à consacrer du temps sur le sujet et à réaliser un audit tout aussi poussé de votre nouvel employeur. Alors que la parole s’est libérée dans le monde de l’entreprise, obtenir des informations critiques sur une structure ne doit plus être l’apanage de quelques investisseurs ou de partenaires financiers.

L’objectif de cette « due diligence employeur » doit être pour nous triple : prendre le pouls d’une entreprise pour éventuellement se conforter dans son choix, savoir quelle attitude adopter en cas de négociation salariale et obtenir un maximum d’informations pour réussir sa prise de poste.

A l’heure où tout le monde est noté – restaurant, VTC, hôtel, médecin... – il n’y avait aucune raison que le monde de l’entreprise y échappe !

Upward

Comment réaliser sa due diligence ?

Aujourd’hui, les plateformes d’évaluations, LinkedIn et la mise à contribution de son réseau personnel permettent de se prémunir contre de mauvaises surprises à condition de croiser les bonnes informations et de conserver un esprit critique sur les avis recueillis.

A l’heure où tout le monde est noté – restaurant, VTC, hôtel, médecin… – il n’y avait aucune raison que le monde de l’entreprise y échappe ! Après un échec au début des années 2010, les plateformes d’évaluation-employeur ont gagné en maturité mais aussi en légitimité. Leur forte présence sur le web a permis d’instaurer dans le cadre d’un poste ouvert, un rapport sain à ces enquêtes, qui se révèlent bénéfiques in fine au candidat comme au recruteur.

Un site comme Glassdoor – leader sur le marché – nous paraît une source d’informations intéressante. La plateforme permet de publier anonymement des informations sur les salaires, de faire des commentaires sur l’entreprise ou de décrire les entretiens d’embauche. Tout futur candidat devrait savoir utiliser ce site, croiser les avis mais aussi comparer les avis des autres plateformes de notations.

Évaluation employeur : quels sites consulter ?

Glassdoor La référence en France et dans le monde avec près d’1 million d’entreprises notées.
Indeed Le groupe japonais Recruit Holdings, qui détient Indeed, a racheté Glassdoor en 2018 pour affirmer son positionnement auprès des recruteurs. En attendant un rapprochement plus poussé, les données des 2 sites restent différentes.
Choose my Company Une alternative intéressante à Glassdoor ou Indeed avec près de 16 millions d’avis.
Viadeo En perte de vitesse en tant que réseau social et professionnel, la plateforme délivre encore des informations fiables sur certains secteurs. Il faut penser à vérifier les dates des publications.
Equally Work La petite dernière, créée en 2019, bénéficie d’une base de données encore trop fragile mais son segment – inclusion, diversité, parité – annonce le futur des plateformes de notations employeurs.

Des avis à interpréter

Protégée par l’anonymat, la parole des salariés est aujourd’hui beaucoup plus libérée. Les sites de notation sont le symptôme d’une société avide de transparence, mais également l’écho – amplifié – d’une parole trop longtemps bridée. Quel que soit le jugement que l’on porte sur ces sites, il faut convenir que cet affranchissement a eu lieu à l’extérieur de l’entreprise, donc hors de son contrôle. Les avis excessifs – comme toujours sur les réseaux – se retrouveront mis en avant sur ceux d’une majorité silencieuse, probablement plus modérée. Chacun peut y relater une expérience personnelle qui trouvera des résonnances différentes, parfois définitives, auprès de chaque candidat. Comme sur tout site de notation, il n’est pas rare que seules les expériences particulièrement satisfaisantes ou malheureuses émergent, mais la somme de ces avis permet de sentir des dynamiques fortes.

Pour le moment, une autre limite de ces plateformes tient à la représentativité des avis : les commentaires répertoriés émanent souvent d’early adopters assez jeunes, friands de nouvelles pratiques digitales. Cette surreprésentation de la population étudiante doit inciter le lecteur expérimenté à la prudence mais certaines informations recueillies ne sont pas dénuées d’intérêt et lancent de réelles pistes à explorer en gardant son esprit critique actif.

En chiffres, cela donne quoi ?

6
62%
75%
33%
c’est le nombre d’avis moyen pour un candidat avant de se faire une opinion sur une entreprise (source : Glassdoor – 2016) des candidats affirment que leur perception d'une entreprise s'est améliorée après avoir vu un employeur répondre à un avis négatif (source : Glassdoor – 2016) des employés font des recherches approfondies sur un recruteur avant d’émettre une candidature (source : LinkedIn) des candidats français déclarent qu’ils refusent catégoriquement un emploi dans une société ayant une mauvaise réputation (source : LinkedIn, 2015)

Utiliser LinkedIn et solliciter son réseau

Pour une recherche plus précise sur sa future équipe et son futur manager, Linkedin reste l’outil le plus puissant et pertinent. Les avis recueillis via le réseau professionnel peuvent être plus mesurés et à tout le moins plus circonstanciés que sur les sites de notation.

Pour ce faire, vous pouvez tout simplement identifier les personnes qui ont occupé un poste similaire au vôtre dans l’entreprise et faire une demande d’ajout. Vous pouvez personnaliser votre demande avec un message du type : « Je suis sous proposition auprès de votre ancien employeur sur ce poste de … et j’aimerais avoir quelques informations avant de me prononcer sur cette offre. Pourriez-vous me renseigner à l’occasion d’un rapide échange téléphonique, afin de prendre la bonne décision ? ». Le taux de réponses est relativement élevé car les personnes sondées réalisent bien l’impact de cette décision sur votre quotidien.

Mobiliser son entourage en identifiant des ex-salariés de confiance capables d’émettre un avis sur la culture d’entreprise est également une pratique courante et permet de se représenter la vie dans l’entreprise au-delà de son premier poste.

Un audit utile pour une discussion transparente et constructive

S’il a débuté avec les marchés pénuriques et les métiers en tension, le phénomène de Due Diligence Employeur tend à se faire sa place progressivement dans tous les secteurs.

A l’heure où près d’un quart des employeurs français a du mal à recruter, le rapport de forces entre employeurs et employés a changé et lorsqu’une investigation soulève des points d’inquiétude, Upward conseille à ses candidats d’aborder ces questionnements en toute transparence et de formaliser clairement leurs préoccupations. Les recruteurs sauront défendre les points soulevés et seront rassurés par le sérieux des candidats sous offre. Tant que les réserves sont exprimées sans défiance, avec franchise et professionnalisme, elles restent des bases pour construire un entretien fructueux. Les RH savent qu’il n’existe pas d’employeur parfait et vous renseigneront sur les points d’attention que vous soulevez, pour éviter de réaliser des recrutements perdants pour tout le monde.

D’ailleurs, cette vision plus fournie de l’arrière-boutique donne plus d’assurance lors de la négociation de son offre d’embauche. Mieux connaitre l’entreprise participe à l’adoption de la bonne stratégie de négociation.

A réaliser en toute circonstance

Après une longue période de recherche d’emploi, il est humain de craindre de trouver des informations qui remettraient en cause l’excitation d’un nouveau projet. Pourtant la démarche reste utile car un employé averti en vaut deux et a beaucoup plus de chances de réussir sa greffe dans la structure.

Si trois ex-collaborateurs mettent en garde un candidat sur un même point, mieux vaut l’avoir en tête pour réussir sa prise de poste. Apprendre par exemple que son futur manager est très exigeant et irascible octroie du recul par rapport à sa performance personnelle dans une phase de grande sensibilité et augure d’une période d’essai plus agréable et fructueuse.

Nous le répétons à tous nos candidats en processus de recrutement : 75% du bonheur au travail est dû à sa relation managériale et à l’adéquation avec une culture d’entreprise. Les tâches associées à un poste constituant une partie non négligeable – mais beaucoup plus minoritaire qu’on le croit – de son épanouissement.

 

Pour un épanouissement au travail en marche

 

Candidats, faites donc votre due diligence employer ! En plus d’œuvrer à votre épanouissement personnel, le développement de cette pratique, en phase avec l’implication des entreprises pour leur marque employeur, limitera à moyen terme les conduites négatives dont certains managers abusent (harcèlement, discrimination, mensonges, etc.). En se montrant à juste titre sensibles aux sujets d’épanouissement personnel, les candidats deviennent donc de véritables acteurs pour faire évoluer les mentalités en entreprise et les politiques de recrutement. Les environnements toxiques ou peu flexibles finiront par être boycottés au profit d’entreprises plus impliquées dans le bien-être de leurs collaborateurs.

Vous aiderez ainsi les décideurs et notamment les RH dans leur capacité à traiter les mauvais comportements avec une sévérité renforcée.

Et Upward dans tout cela ?

Une Due Diligence Employeur en place

 

Chez Upward, nous aidons toujours nos candidats à obtenir de l’information pour prendre les bonnes décisions :

 

  • Nous les mettons régulièrement en relation avec une personne de notre réseau chez le client, pour prendre le pouls de l’entreprise et favoriser leur intégration.
  • Nos anciens candidats nous sollicitent souvent au moment d’une offre d’emploi et nous leur ouvrons notre réseau autant que faire se peut.
  • Pour nos recrutements internes, nous invitons les candidats à prendre un verre avec le salarié Upward de leur choix avant d’accepter notre proposition.
Merci de redimensionner votre écran pour accéder au site