fr / en
Article Upward

L’épanouissement professionnel

En quête de sens au travail ?

Est-ce possible d’être épanoui au travail ? Et si oui, comment s’y prendre ? Chez Upward, l’épanouissement de nos candidats est au cœur de nos préoccupations, c’est pourquoi nous avons rencontré Clara Leparquier et Fabrice Mézières, auteurs d’un ouvrage pratique sur l’épanouissement professionnel.

 

Fabrice est directeur chez KeaPrime, équipe au sein du cabinet Kea & Partners où il accompagne entreprises et individus dans leurs transformations. Clara, experte en développement des talents et change management, est fondatrice de MTH Coaching, une société qui accompagne à distance et en présentiel sur ces sujets. Tous les deux forts de plusieurs années d’expérience dans le conseil (Capgemini, Eurogroup, Société Générale, Onéida associés), ils se sont rencontrés en formation d’Executive Coaching à HEC en 2012 et ont décidé, en parallèle de leurs activités de coach et de consultant, d’écrire ce livre à destination des professionnels en questionnement.

/ 01
Pourquoi avez-vous décidé d’écrire cet ouvrage sur l’épanouissement ?

Fabrice : Lorsque j’étais en formation en coaching à HEC, je trouvais fascinant ce que j’étais en train de découvrir et approfondir : apprendre à accepter ses émotions, construire un parcours professionnel porteur de sens, développer un meilleur équilibre de vie… Le désir de transmettre ces enseignements à des professionnels en quête de sens a rapidement émergé en moi après la formation, et en 2015 j’ai eu la chance d’être contacté par les éditions Ellipses via LinkedIn pour me proposer de participer à leur nouvelle collection : “Comment faire la différence ?”. J’ai saisi l’opportunité, et j’ai tout de suite pensé à Clara pour m’accompagner dans ce projet d’écriture.

 

Clara : J’avais déjà cette habitude d’écrire des articles pour des magazines en ligne et notamment autour du management des Millennials, de leurs aspirations. J’avais cette envie d’écrire un livre, donc lorsque l’opportunité s’est présentée avec Fabrice j’étais très heureuse de pouvoir le faire. C’était l’occasion pour moi de continuer à donner du sens à ma vie professionnelle et de contribuer à ma manière à aider les gens sur ce chemin. Le thème était assez libre, autour du développement professionnel. Nous nous sommes rapidement accordés sur le sujet de l’épanouissement et aussi sur un format – qui se veut pragmatique pour donner tous les outils clés en main à nos lecteurs – de fiches pratiques.

/ 02
A quel public s’adresse ce livre ?

Clara : Ce livre s’adresse à toute personne qui se pose des questions sur sa carrière ou sur son projet professionnel, sans forcément avoir en tête une reconversion. Après diffusion de l’ouvrage, il s’est avéré qu’il était également très utile aux consultants et coachs en accompagnement professionnel qui l’utilisent régulièrement dans la pratique de leur métier. Mais initialement il a été écrit à destination des personnes qui se questionnent, comme un guide pratique, avec un certain nombre d’outils et de retours d’expériences qui permettent au plus grand nombre d’avancer dans leur cheminement, quel que soit l’état actuel de leurs réflexions.

/ 03
Que conseilleriez-vous à des candidats qui se posent des questions sur leur épanouissement professionnel ? Par où commencer ?

Fabrice : La première chose à faire c’est de se donner la permission d’écouter ce que cela signifie pour soi “s’épanouir“. Pour cela il faut non seulement bien se connaître mais aussi pouvoir mettre des mots sur ce dont on a envie profondément. Le temps est une ressource précieuse pour faire ce travail d’introspection. S’autoriser à se connecter à ce qui est vraiment important est une première étape essentielle pour ensuite réfléchir à ce qui est possible, ce qui nécessite du travail ou un investissement.

 

Clara : Il est aussi important de s’interroger sur les raisons de sa recherche d’épanouissement. On peut commencer par se demander pourquoi on en est là aujourd’hui, qu’est-ce qui nous amène à nous poser ce type de questions ; puis faire un bilan de ses expériences passées et se demander ce qui a fonctionné ou pas, quels ont été nos pics d’épanouissement et les moments plus compliqués ; et enfin bien sûr s’interroger sur la question du sens en se demandant qu’est-ce qui, moi, me donne envie de me lever le matin ?

La première chose à faire c’est de se donner la permission d’écouter ce que cela signifie pour soi “s’épanouir“. Pour cela il faut non seulement bien se connaître mais aussi pouvoir mettre des mots sur ce dont on a envie profondément.

Fabrice MEZIERES

Directeur chez KeaPrime

/ 04
Justement, comment fait-on pour mieux se connaître ?

Clara : Pour faire cette démarche d’introspection, on peut soit décider de faire de l’auto-coaching, ou bien se faire accompagner directement par un coach. Si l’on choisit l’auto-coaching, des ressources existent comme notre livre dans lequel on a souhaité guider le lecteur avec des exercices, des questions pour l’aider dans ce cheminement. Par ailleurs, si l’on veut mieux connaître ses forces, ses qualités et ses compétences on peut aussi faire appel à un proche qui peut jouer un rôle de miroir.

 

Fabrice : En effet, pour mieux se connaître il faut prendre le temps d’entreprendre à la fois :

  • Un travail intérieur (introspection, exploration de ses envies et motivations) et
  • Un travail extérieur (point de repères, effet miroir).

Par exemple, le MBTI® – et la typologie jungienne en général – est un outil très intéressant car il permet de donner des points de repère pour comprendre son type de personnalité, ses moteurs et identifier ce qui est essentiel pour soi. Pour mieux se connaître il faut également apprendre à faire le tri entre ce qui nous correspond vraiment, et ce qui correspond à des croyances dont nous avons hérité, de notre environnement familial ou académique, en se confrontant par exemple au regard d’autres personnes hors de notre entourage proche.

Enfin, il est important quand on entreprend ce travail de connaissance de soi de prendre un temps d’infusion pour laisser émerger les choses, et de bien garder en tête qu’il s’agit d’un processus dynamique et itératif.

/ 05
Selon vous, c’est quoi être épanoui professionnellement ? Est-ce qu’il existe des critères qui permettent d’évaluer son épanouissement ?

Fabrice : Selon moi les 3 éléments qui contribuent grandement à l’épanouissement professionnel sont :

  • Le sens
  • L’engagement dans l’action
  • Les relations humaines riches

Mais c’est une combinaison très personnelle, et chacun a la sienne. Pour être épanoui au travail, il faut savoir qui on est et ce qui a du sens pour soi, pour ensuite transformer ce sens en action et en engagement quotidien. Et enfin avoir des relations humaines qui répondent à mes besoins en tant qu’être humain, dans un contexte professionnel. Au-delà de la connaissance de soi, c’est un travail sur la conscience de soi qui permet d’être présent à ce dont j’ai besoin et à ce que j’apporte au monde qui m’entoure. Un moyen d’évaluer son épanouissement cela peut être aussi d’utiliser une échelle de notation : sur une échelle de 1 à 10, comment je considère que j’ai été épanoui depuis que j’ai commencé à travailler ?

Il est possible de donner du sens à sa carrière et d’être aligné sans forcément se reconvertir. Un coaching permet notamment de clarifier ce dont les personnes ont vraiment envie et parfois des ajustements dans la situation actuelle peuvent permettre de s’épanouir.

Clara LEPARQUIER

CEO, MTH Coaching

/ 06
Comment fait-on pour donner du sens à sa carrière ?

Clara : Il est possible de donner du sens à sa carrière et d’être aligné sans forcément se reconvertir. Un coaching permet notamment de clarifier ce dont les personnes ont vraiment envie et parfois des ajustements dans la situation actuelle peuvent permettre de s’épanouir. C’est tout l’intérêt d’associer un travail de connaissance de soi et un bilan des situations actuelles et passées, pour comprendre les sources de satisfaction existantes et les potentiels d’amélioration.

Par exemple, une des personnes que j’accompagnais avait un poste de commercial au sein d’un cabinet de conseil et de recrutement. Basée à l’étranger, cette personne se posait vraiment la question de quitter son entreprise pour développer un autre projet professionnel plus proche de sa famille, élément qu’elle avait identifié comme étant une priorité dans son épanouissement. Finalement elle a identifié des opportunités au sein de son cabinet pour devenir directrice commerciale, ce qui lui a permis d’obtenir une mutation et de rentrer en France. Aujourd’hui elle est devenue directrice générale du cabinet, a pu prendre un certain nombre de responsabilités qui donnent plus de sens à sa carrière, et effectue un management à distance, qui fonctionne très bien pour elle et pour ses équipes.

 

Pour donner du sens, parfois il suffit de modifier un critère. Si par exemple on identifie que l’autonomie est un facteur clé d’épanouissement pour nous, on peut réfléchir à des solutions qui permettent de satisfaire ce critère en identifiant d’autres missions avec son manager, ou en changeant de poste en restant dans la même structure.

 

Fabrice : Pour donner du sens à sa carrière il est essentiel de prêter attention au sentiment d’alignement personnel, que l’on peut cultiver à travers trois dimensions.

Une dimension émotionnelle

il s’agit ici d’avoir non seulement confiance en ses capacités et ses compétences mais aussi s’autoriser à rêver, à se connecter à l’émerveillement de ce qui nous fait vibrer. Il faut également oser faire face à ses peurs et ses croyances limitantes, pour reprendre les mots de Nelson Mandela : “le courage n’est pas l’absence de peur mais la capacité à les vaincre”. 

Une dimension de leadership

il s’agit de s’autoriser à prendre ses responsabilités et à faire des changements à son niveau avant de chercher ailleurs. Il faut cultiver l’affirmation de soi et s’ouvrir à une dimension de leadership teintée d’assertivité, pour être capable de faire passer des messages parfois délicats, qui vont contribuer à notre épanouissement. Mettre des mots sur qui l’on est et au service de quoi l’on souhaite agir peut nous aider à trouver du sens.

Une dimension de partage

il s’agit de cultiver son réseau, poser des questions et demander aux gens ce qui les fait vibrer, ce qui est important pour eux, de quoi ils sont fiers… cette dimension de partage est essentielle pour s’inspirer et provoquer les opportunités et rencontres qui ont du sens pour nous. 

/ 07
Pour terminer, un message à faire passer ?

Clara : Il ne faut pas tomber dans l’injonction au bonheur à tout prix et il ne faut pas voir la quête d’épanouissement comme quelque chose d’ultra ambitieux, d’inatteignable. Il faut se dire qu’être épanoui parfois ce sont des petits ajustements, parfois des plus gros et les plus gros demandent plus de temps, d’accompagnement, de prise de risque mais que l’on peut aussi commencer par des petits ajustements qui peuvent avoir des grands effets.

Fabrice : Une citation d’Antoine de Saint-Exupéry “pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible”. Cela signifie qu’il est possible de créer et de cultiver soi-même, avec patience, les conditions propices à l’épanouissement. On peut aussi se dire que la vie ne se résume pas au travail et que l’on peut se nourrir dans d’autres espaces, et peut-être qu’après quelques mois ou années d’autres perspectives se présenteront : il faut garder en tête cette notion d’équilibre dynamique. Avec le sourire !

C’est quoi la mindfulness en entreprise ?

“Mindfulness” se traduit en français par “méditation de pleine conscience” ou “pleine présence”. Appliquée au monde professionnel, c’est une technique qui vise à développer la capacité d’attention à soi et aux autres en entreprise, pour plus d’efficacité mais aussi plus de résilience et de créativité. Cette pratique est un entraînement mental qui se base sur le concept en neurosciences de plasticité neuronale, à savoir le fait que le cerveau peut s’adapter à tout âge aux exigences de son environnement. C’est essentiel pour mieux faire face aux distractions (notifications, outils digitaux…) et être présent à ce qui est important (un échange avec un collaborateur ou un manager, une prise de décision délicate, des vérifications, etc.). Une technique pour se recentrer par exemple est de compter de 1 à 10, puis de 10 à 1 : chaque fois que je constate que mon esprit est parti, je choisis de revenir et de muscler ainsi mon attention. La mindfulness en entreprise c’est donc développer son attention au service de ce qui est important : il n’y a rien à réussir, c’est un entraînement !

Merci de redimensionner votre écran pour accéder au site